Installer un ascenseur privatif

Installer un ascenseur privatif

Les maisons à étage arrivent, un jour ou l’autre, à poser des problèmes à l’un de ses occupants. Les causes sont variées, telles que les souffrances articulaires liées à l’âge, une mobilité réduite à la suite d’un accident, etc. Plutôt que d’être contraint à quitter son quartier où l’on a ses habitudes et un bon voisinage, il existe une possibilité : installer un ascenseur privatif. Ce guide d’aménagement et rénovation va vous aider à y voir plus clair dans la réalisation de ce projet. Par exemple, les différents types : ascenseur hydraulique ou électrique. Les deux peuvent s’installer à l’intérieur de votre logement, dans la cage d’escalier, notamment, ou à l’extérieur en autoportant. Contactez une entreprise spécialisée pour obtenir des informations, des conseils et un devis.

Réglementation et normes de sécurité

Ce genre de dispositif est soumis à une norme européenne, nommée Directive machine 2006/42/CE. Ces réglementation et normes de sécurité pour un ascenseur privatif s’applique de leur conception jusqu’à leur mise sur le marché. Une directive qui se rapporte ainsi aux élévateurs dont la vitesse de déplacement est inférieure à 0,15 mètre/seconde, comme le monte-charge, le monte-plat ; ou supérieure à 0,15 mètre/seconde, pour l’ascenseur, l’élévateur, etc. Votre ascenseur devra être doté du sigle CE et de la norme EN 81-41 indiquant la conformité des ascenseurs particuliers et des élévateurs à usage particulier. Autrement dit, disposer :

  • d’une cabine équipée d’une porte ;
  • d’un moyen de communication vocale ;
  • d’une ventilation de l’air dans la cabine ;
  • d’un dispositif anti-chute ;
  • d’un éclairage ;
  • d’un contrôleur de vitesse ;
  • d’un système de descente manuelle ;
  • d’une protection du système électrique ;
  • d’un dispositif anti-happement.

Une installation subventionnée

Vous vous demandez quel est le prix d’un ascenseur ? Pour la machine en elle-même comptez entre 10 000 et 15 000 euros. Et prévoyez quelque 2000 à 5000 euros de pose, et une moyenne de 3000 euros par étage supplémentaire. Pensez aussi à étudier les alternatives à l’ascenseur privatif que sont le monte-escalier, le monte-charge pour une facture réduite des deux tiers. Ces dispositifs s’étant rendu accessibles au plus grand nombre de demandeurs, la TVA est à 5,5%. Par ailleurs, n’oubliez pas de constituer un dossier de demande de subvention auprès de services publics, régionaux ou nationaux ou encore d’associations d’aide à la mobilité.